5381 APPRENDS-MOI… (ep. 5) | B.U.L.L.E.

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

B.U.L.L.E.
Blog Univoque d'une Lesbienne Libre et Egale (à elle-même)
Dernier Billet
100% manuel ! | B'rêves d'écriture | Des seins ! Des seins ! Encore des seins !!! | Du jamais lu ! | éducation libéro-sexuelle | histoire érotique lesbienne | Homosexualité et éducation | Nouvelle érotique lesbienne | Plaisir d'écrire | y'a que ça de vrai ! | 27.10.2014 - 16 h 37 | 31 COMMENTAIRES
APPRENDS-MOI… (ep. 5)

(previously)

La salle du restaurant est étonnamment paisible compte tenu de l’heure. Jamais je n’aurais su trouver un coin pareil et pourtant, cela va faire deux ans que j’enseigne dans cette maudite ville. J’ai écumé tous les points de ravitaillement autour de mon établissement en quête d’un lieu tranquille pour avoir une vraie coupure entre midi et deux, mais jamais je ne serais allée aussi loin, ni dans cette petite ruelle improbable.

En acceptant de déjeuner avec elle, j’espérais que mon inspectrice ne se contenterait pas d’un repas à la cantine. C’est elle même qui, alors que nous nous engagions dans le couloir tout à l’heure, m’a proposé cette bienheureuse alternative. Soulagée de ne pas avoir à affronter les élucubrations culinaires de notre néanmoins sympathique équipe du réfectoire, ni le brouhaha indigeste de l’immense salle bondée, j’ai acquiescé à sa première proposition : un modeste italien à quelques minutes de là.

Il nous a bien fallu un petit quart d’heure de marche pour arriver dans ledit italien. Un quart d’heure pendant lequel aucune de nous n’a osé dire mot. Nous avons cheminé l’une à côté de l’autre, croisant nos regards à chaque intersection, à chaque contournement d’individu venant en sens contraire ou borne obstruant le trottoir, et à chaque arrêt ou ralentissement, l’une de nous esquissait un geste vers l’autre, comme pour éviter de nous perdre. A mesure de notre progression, je constatais que nous nous rapprochions subrepticement. Son pas était régulier et s’accordait au mien. J’imaginais stupidement sa main dans la mienne, non sans me morigéner aussitôt. Je n’avais pas faim. Je ne voulais pas arriver à destination. Je voulais marcher encore, avec elle à mes côtés. J’aurais voulu lui parler, mais qu’aurais-je pu lui dire qui soit plus subtil que ce silence complice entre nous ? Un silence traître. Un silence plein d’espoir.

Il m’a semblé reconnaître une sorte de déception dans son regard quand elle s’est arrêtée aux portes du restaurant. Nous nous sommes installées, toujours en silence, mais non sans sourire courtoisement à notre serveuse. Celle-ci la connaissait, vraisemblablement, ou du moins, se souvenait d’un de ses précédents passages. Evidemment, comment l’oublier ?

Pendant une seconde, mon estomac s’est noué. Mon radar, pourtant complètement obnubilé par mon escorte, s’est emballé à la vue de notre hôtesse. Son look, sensiblement androgyne, n’en disait pas autant que ce petit air approbateur qu’elle a partagé avec mon inspectrice, son regard allant d’elle à moi, de moi à elle, dans un sourire croissant. Je ne saurai dire ce qu’elle approuvait : ma modeste personne ? Le couple que nous formions ? Le défi que je représentais dans son désir de conquérir les faveurs de Mme Paulin ? Un instant, je me suis sentie troublée. Je ne me suis jamais estimée de taille à lutter contre ces demoiselles aux dents longues, qui d’un seul regard assujettissent des peuples entiers.

Amère et surprise par la violence de ma réaction, je me suis relevée aussitôt, m’excusant auprès de Violette, invoquant l’impératif lavage de mains avant manger. Délaissant immédiatement les regards peut-être complices de notre serveuse, elle s’est proposée de m’accompagner, m’emboîtant tout de suite le pas.

Les toilettes offrent un espace exigu et pour accéder en même temps au lavabo, nos épaules n’avaient d’autre choix que de se frôler. La minute était délicieuse mais si intense que j’avais l’impression qu’elle pouvait entendre les battements de mon coeur sourdre en échos affolés à travers la minuscule pièce. A plusieurs reprises, nos doigts se sont rencontrés dans la sensualité humide et enivrante de nos ablutions. Peut-être l’ai-je fait un peu exprès… et sans doute elle aussi.

Nous venons juste de regagner nos places et mes jambes, qui fort heureusement n’ont plus à me porter, se sont mises à trembler. Sous la table, je sens son pied rejoindre le mien, sans ambition apparente. Dès lors qu’il accoste ma chaussure, il reste là, immobile, serein, comme s’il était à sa place. Paradoxalement, sa présence apaise d’emblée mes tremblements.

La serveuse revient à la charge, nous gratifiant de ses plus beaux sourires. Elle nous tend les cartes que nous survolons distraitement. Comme elle reste plantée là, nous choisissons rapidement, replions les cartes et les lui rendons dans un poli « merci » entonné de concert. J’attends que nous ayons retrouvé notre intimité pour lancer un courageux :

« Alors ?

– Alors… Hum. Je suppose que vous voulez parler de votre prestation de tout à l’heure…

– Je ne sais pas si on peut parler de prestation, dis-je en souriant, surtout si c’était si désastreux !

– D’accord, alors soyons sérieuses quelques minutes ».

Son regard plonge dans le mien et me traverse. Je sens cette douce chaleur partout autour et à l’intérieur de moi, qui irradie et s’amplifie, qui m’enveloppe et me protège tendrement. Pourtant, je ne me suis jamais sentie autant en danger… Comme je reste suspendue à ses lèvres, elle poursuit :

« Je pense que vous savez très bien que ça n’était pas si désastreux. Sur un plan humain, vous savez captiver les foules ». Ses yeux quittent les miens pour se concentrer sur ses doigts qui tordent sa serviette sur la table. Elle réprime un sourire, inspire et reprend :

« Sur un plan méthodologique, étant donné la séance en question, je n’ai pas grand chose à dire non plus. Nos directives sont d’insister sur la diversité des supports et, vu le plan de séquence et les infos que vous m’avez fournies, je sais que vous n’êtes pas à la traîne…  »

Au fur et à mesure de son discours, je me détends un peu. J’écoute presque attentivement ses réflexions et constate avec un certain plaisir que, même si elle modère ses éloges, l’inspectrice académique en elle n’a pas relevé d’entorse majeure aux pratiques règlementaires de l’enseignement des Lettres dans mon cours. Je ne réalise le silence que lorsque ses lèvres cessent de bouger depuis trop longtemps à mon sens. Le charme est rompu. Je dois dire quelque chose.

Je rassemble mes esprits et me laisse gagner par une bouffée de fierté de rigueur :

« En gros, selon vous, je fais l’affaire…

– Et quelle affaire… »

Elle a prononcé ces mots si faiblement que je les ai lus sur ses lèvres plus que je ne les ai véritablement entendus. C’est le moment que choisit la serveuse pour nous apporter nos plats. Elle les dépose sous nos regards confus et annonce triomphalement le contenu de nos assiettes. Devant notre manque de réactivité à l’égard des plats, elle s’éclipse encore trop lentement à mon goût.

Je brûle de lui demander pourquoi ce déjeuner, mais je me dis qu’il serait bas de ma part de l’acculer ainsi. Je ne veux pas me faire passer pour plus idiote que je ne suis… ou pire, plus désespérée. Entre nous, la tension devient palpable. Nos repas laissent s’échapper quelques salves de fumée et pendant une seconde, l’image d’une scène de duel dans un vieux western jaillit et manque de me faire exploser de rire.

« Si c’est tout ce que vous aviez à me dire, je suppose que nous pouvons manger tranquilles. Merci en tout cas. Je ne pouvais pas rêver d’une meilleure inspection.

– A croire que je ne suis pas un monstre finalement… Même avec vous. »

Je dois mordre mes lèvres pour retenir une réplique un peu trop audacieuse. Surtout, ne pas succomber à la provocation. Je me contente d’un sourire entendu.

L’ambiance s’apaise légèrement et nous nous saisissons de nos couverts. Comment vais-je pouvoir avaler quoi que ce soit ?

Pendant le repas, qui me surprend agréablement en saveur mais que mon estomac noué ne peut ingurgiter que partiellement, nous échangeons courtoisement sur nos expériences professionnelles, que nous ponctuons chacune de petits indices personnels. Au fil de la conversation, j’apprends ainsi qu’elle a enseigné une quinzaine d’années avant d’obtenir, il y a deux ans, son poste d’inspectrice académique. J’en conclus qu’elle a effectivement dans les quarante ans. Elle est bretonne, très attachée à ses origines (comme tout breton) mais elle a migré dans le Sud, visiblement pour fuir quelque chose. Elle vit en ville depuis deux ans, mais rêve de s’en éloigner mais « avec les enfants, l’école, tout ça, ça n’est pas envisageable dans l’immédiat ». Des enfants ?!

Je vois bien qu’elle guette ma réaction en prononçant ces mots, mais si je suis surprise, ça n’est qu’agréablement. Je me contente donc d’acquiescer en souriant à son propos et m’enquière de l’âge et des noms desdits bambins.

« Charles a six ans et Loris, bientôt dix.

– C’est mignon, dis-je. Et… ont-ils un père ? »

J’ai l’impression de marcher sur des oeufs. Décidément, cette femme me plaît et la savoir mère me la rend plus intéressante encore. Mais s’il s’agissait d’une femme heureuse en ménage avec son cher mari (bien que tout dans son comportement avec moi indique le contraire), ce serait la fin des haricots. A l’évocation de cet éventuel papa, un voile triste passe devant son regard, sans s’y attarder.

« Ils n’en ont plus, non. Mais ils vous diraient que je suis bien assez casse-pieds pour deux ! »

Je ne sais que penser de cette réponse et je suis presque soulagée lorsque la serveuse vient débarrasser notre couvert. Je veux poursuivre la conversation, je voudrais parler avec elle toute la journée, l’abreuver de questions… Mais surtout je voudrais prendre sa main. Je la contemple, abandonnée sur la nappe blanche, nue et immobile. Mon esprit, insolemment frivole, imagine la suavité d’une caresse sur cette main, de ma paume la recouvrant puis glissant sur elle jusqu’à ce que mes doigts s’entrelacent aux siens. Et mes lèvres sur cette peau tendre et délicate…

Déclinant toutes deux le dessert, nous ne refusons pas le café. Comme j’hésite à poursuivre sur ce terrain personnel, elle s’excuse et se lève gracieusement pour se diriger vers les toilettes. Pendant une seconde, j’ai envie de la suivre juste pour le plaisir de me retrouver à nouveau dans l’exigüité de la pièce à ses côtés… et qui sait ?

Mais non. Je suis raisonnable et je profite de ces précieuses minutes pour faire le point. Même si je suis loin d’avoir tendance à draguer tout ce qui bouge, je sais que nous flirtons et je sais que j’en veux plus. Pourtant, une petite alarme intérieure m’interpelle. Elle a des enfants. Je n’avais jamais désiré de femme-mère auparavant. Quelque part, je trouve ça complètement sain. Elle est une femme dans tout ce qu’il y a de plus complexe, beau, substantiel et… attirant. Oui, mais elle a des enfants. Si ça la rend encore plus sexy à mes yeux, je me dis que je dois faire attention. Je n’ai pas pour habitude de prendre les femmes à la légère, mais avec elle, je ne veux m’autoriser aucun faux pas, aucune légèreté. Je ne sais pas ce qu’elle attend. Peut-être rien ou pas grand chose. Peut-être que justement, elle ne souhaite qu’une rencontre ponctuelle, sans prise de tête.

J’essaie de me faire à l’idée de n’être qu’une friandise sexuelle de passage… Je n’aurais rien contre, évidemment, mais j’ai du mal à envisager d’être repue d’elle en une seule fois. C’est drôle de penser au désir, drôle de dériver sur des images, des envies, et se laisser glisser sur des torrents de passion. Qu’est-ce que la passion ? Le désir ? L’amour ?

Je n’ai plus quinze ou vingt ans. Ma vie sentimentale, chaotique malgré des relations essentiellement longues, m’aura au moins appris à être circonspecte en matière de désir. Pourtant je m’étonne encore de ses ravages. Une femme me trouble et toute cette soi-disant expérience est remise en question. Si je n’y prends pas garde, bientôt je vais parler de coup de foudre !

Elle réapparait dans la salle au moment où on nous dépose les cafés.

Non, un coup de foudre, lui, a au moins la décence d’être suffisamment désagréable pour ne pas qu’on ait envie d’y regoûter. Or, là, je ne me lasse pas de la regarder. J’en veux plus, incontestablement.

Et la bougresse a pris les devant : je note avec gourmandise qu’elle a accentué son décolleté en ouvrant un bouton supplémentaire. Sa gorge trahit maintenant la naissance irrésistible d’un sillon subtilement creusé entre ses seins. Je tente de maîtriser les réactions instinctives de mon corps. Une nouvelle fois, mes propres tétons se manifestent ostensiblement, se contractant sous la houle de désir qui vient s’échouer en vagues chaudes et humides entre mes cuisses. Je réprime à grand peine un grognement primaire et m’efforce de détacher mes yeux de cette diabolique tentation. Pendant une seconde, je ris sous cape : je veux être Eve condamnant l’humanité à son triste sort si je peux succomber au péché de ces pommes-là.*

Je ne sais si c’est à cause de son audace poitrinaire, mais ses joues rosissent quand elle plonge à nouveau son regard dans le mien. C’est irrésistible. Pourtant, il faut résister !

Nous buvons notre café en essayant de meubler le silence par un échange amical, insidieusement entrecoupé de regards lourds de sens.

Quand on nous apporte l’addition, nos mains se rejoignent au-dessus de la coupelle. Elles s’arrêtent à quelques millimètres à peine l’une de l’autre puis se trouvent, feignant l’innocence d’un mouvement involontaire. Ses doigts caressent les miens avec une délicatesse insupportable et j’ai l’impression d’être une statue de cristal que l’on vient de briser, n’attendant qu’un souffle pour m’éparpiller à travers la pièce.

« Maëlle ? »

Sa voix est rauque, ses yeux ne quittent pas nos doigts. Quelque part, tout au fond de moi, un géant de chair est en train d’essorer mes organes. Je suis incapable de parler. Ma gorge laisse s’échapper un « hum » interrogatif. Je suis suspendue à ses lèvres une fois de plus. J’ai tellement envie de l’embrasser que ça doit ressortir en lettres de feu sur mes joues. Les flammes brûlent et consument mes oreilles et la pointe de mes seins, mais sous ses doigts, la chaleur est d’une douceur indicible.

D’un raclement de gorge, elle se reprend se précipite dans un « Non, rien… », terriblement frustrant.

Comme répondant à un influx nerveux indépendant de mon cerveau, ma main saisit la sienne, interrompant les frôlements délicieux de ses doigts. Le contact est superbement charnel, d’une sensualité à couper le souffle. Ses doigts se referment sur les miens dans un abandon délicieux.

Mais quand son regard croise à nouveau le mien, j’y lis une peur brutale et une sorte de douleur bien trop vive pour que je n’en tienne pas compte. Une claque ne m’aurait pas fait plus mal. A regret, je libère sa main aussitôt et me lève en disant :

« Il faut y aller. On peut payer au comptoir. »

Elle se lève à son tour et me suit sans hâte. A peine sommes-nous sorties du restaurant que je sens sa main agripper l’extrémité de ma manche.

« Merci, me dit-elle en me regardant avec une intensité insoutenable.

– Ah… euh… merci à vous, pour le débrieffing.

– Non, je veux dire… Enfin… Merci. »

Je ne sais pas si je comprends bien de quoi elle me remercie, mais je décide de ne pas faire durer cette seconde qui semble toujours pénible pour elle. Je tente de faire le vide dans ma tête et oriente mes pas vers le lycée. Elle me talonne.

Nous n’avons pas fait 200 mètres quand à nouveau, elle attrape le bout de ma manche. Je m’arrête tout net et l’interroge du regard, l’estomac vrillé par le désir… et une tristesse amère, violente. D’une petite voix, elle me dit :

« Je vais continuer par là, j’habite deux rues plus bas.

– Oh… Dans ce cas… »

Je tente de cacher ma déception, sans grand succès je le crains et lui tends ma main en guise d’au revoir. S’apercevant de ma déconvenue, elle me sourit avec toute la bienveillance du monde. Retenant soudain l’élan de sa main qui s’apprêtait à saisir la mienne, elle la porte directement à ma joue, caressant de sa paume soyeuse ma peau incandescente.

Confuse, éberluée, je ne sais plus ce qui m’arrive ; je sais que mon regard en dit long, que je n’arrive pas à le détacher de ses lèvres, que mon coeur menace de faire exploser ma poitrine et que je suis totalement pétrifiée. De son pouce, elle vient jouer avec la fossette qui creuse alors ma joue bienheureuse. De sa main libre, elle vient attraper mon bras toujours naïvement tendu et le ramène jusqu’à sa taille. Ma main se pose tout naturellement sur sa hanche juste au moment où sa bouche vient chercher la mienne dans un baiser. Je sens sa poitrine s’écraser voluptueusement contre la mienne et quand mes lèvres s’ouvrent aux siennes, c’est sans la moindre pudeur, sans le plus infime compromis. Elle s’abandonne à ce baiser d’autant plus délicieusement qu’elle en a été l’instigatrice et nos souffles s’emmêlent jusqu’à impliquer nos langues. L’intimité que nous nous avouons alors et le désir qui transpire de notre étreinte nous entraînent pendant quelques secondes encore aux frontières du plaisir.

Quand sa main curieuse vient s’immiscer entre nos ventres pour remonter jusqu’à mes seins, je sursaute au passage de ses doigts sur mon téton douloureux, rompant malencontreusement le contact de nos bouches.

Réalisant subitement qu’elle était sur le point de me toucher aussi impudiquement en pleine rue, elle bondit en arrière. Comme si mon corps ne tolérait pas cette brusque distance, j’esquisse un pas vers elle. Un pas qu’elle stoppe en maintenant mes épaules à distance de ses bras tendus. Son sourire et l’envie qui embrase ses yeux me laissent doublement insatisfaite. « Ô femme ! femme ! femme » dirait Figaro… Cruelle plus que décevante à cette minute !

« J’avais raison sur vous depuis le début, dis-je faussement fâchée, vous êtes dangereuse. Monstrueusement dangereuse.

– Pas autant que vous, je le crains », me répond-elle sur le même ton.

Faisant mine de s’éloigner à reculons, elle consulte sa montre et ajoute un très suspect : « Il faut que je file ».

Incrédule, je m’apprête à m’insurger quand, revenant sur ses pas, elle se saisit à nouveau de mon visage vulnérable, y dépose un baiser presque chaste cette fois, me sourit magnifiquement, m’embrasse bien plus langoureusement et profondément, puis plongeant son regard dans le mien, elle ose un : « Soyez sage, madame Costa ! »

Hors d’haleine, frustrée, impuissante, je la regarde s’éloigner d’un pas rapide.

 

(la suite ici)

 

* A la rédaction de ce paragraphe, ce fut THE REVELATION : Eve était lesbienne !!! Peut-être est-ce là l’origine de certains déchaînements haineux à l’encontre des homos… 😀 😀 😀

 

LES réactions (31)
APPRENDS-MOI… (ep. 5)
  • Par sossourires 27 Oct 2014 - 17 H 26
    Photo du profil de sossourires

    Ah nous avons retrouvé nos seins 😀 tout va bien @pucedepoesir is back
    PS : il y avait longtemps que je savais que Eve était lesbienne 😀 😀

     
  • Par pucedepoesir 27 Oct 2014 - 17 H 29
    Photo du profil de pucedepoesir

    Que veux tu @Sossourires , je suis lente… et je tombe toujours des nues quand il s’agit de … pommes !!! 😀

     
  • Par fullmoon 27 Oct 2014 - 17 H 47
    Photo du profil de

    Ce qui est le plus cruel dans tout ça, c’est le « (à suivre) ». 😀
    Enfin une fois de plus c’est très plaisant à lire, j’adore la façon dont tu amènes « l’action », définitivement fan de ton style (et sans trop m’avancer je pense que @niania sera du même avis 😀 ).

     
  • Par emotional 27 Oct 2014 - 18 H 56
    Photo du profil de emotional

    Je suis du même avis que @fullmoon Ahlala… on est dans l’histoire et là, ce fiche « à suivre » qui casse tout et qui est encore plus frustrant que le départ de Mme PAULIN (si je ne m’abuse !)
    Ah lala…sadisme, sadisme, pourquoi existes-tu? :p

     
  • Par emotional 27 Oct 2014 - 18 H 57
    Photo du profil de emotional

    *fichu

     
  • Par nenet 27 Oct 2014 - 20 H 51
    Photo du profil de

    Lire et relire cet épisode et les précédents jusqu’à ces 2 mots : à suivre.
    @fullmoon à raison c’est cruel.
    😀 😀 😀 😀 😀 😀 😀 pffffff

     
  • Par pucedepoesir 27 Oct 2014 - 21 H 12
    Photo du profil de pucedepoesir

    Si vous préférez @fullmoon , @emotional et @nenet , je le supprime ce « à suivre » ! Comme ça en plus, je suis même plus tenue de faire une suite !!! 😉 😀

     
  • Par emotional 27 Oct 2014 - 21 H 40
    Photo du profil de emotional

    @pucedepoesir N’y penses même pas è.é :p

     
  • Par Milkyway 27 Oct 2014 - 23 H 45
    Photo du profil de Milkyway

    « Je ne me suis jamais estimée de taille à lutter contre ces demoiselles aux dents longues, qui d’un seul regard assujettissent des peuples entiers. » Excellent ! J’adore !! 😀
    On rentre dans le vif du sujet là. Avec l’histoire de la serveuse on pourrait croire qu’on est entouré que par des femmes lesbiennes ! 😀

     
  • Par pucedepoesir 27 Oct 2014 - 23 H 46
    Photo du profil de pucedepoesir

    Je connais des univers plus hostiles @milkyway !!! 😀 😀 😀

     
  • Par Milkyway 27 Oct 2014 - 23 H 52
    Photo du profil de Milkyway

    Moi, elle me plait la serveuse. J’espère qu’elle aura une suite dans ton histoire !? 🙂

     
  • Par nenet 28 Oct 2014 - 8 H 46
    Photo du profil de

    bouh bouh ouin :/
    Tu es cruelle @pucedepoesir……………………

     
  • Par Caro 28 Oct 2014 - 8 H 57
    Photo du profil de Caro

    Mais… quand tu avais annoncé que « les carottes étaient cuites » je pensais que ça y est bim bim badaboum et que nenni ! Tu nous fais vraiment trop languir là 😉

    J’aime beaucoup beaucoup la manière dont tu amènes le désir, le décrire aussi fidèle, fort, d’une intensité prenante. Bref je suis fan <3

    Je ne peux que te dire dans un souffle "Encore, encore…" 😀

     
  • Par Audoscope 05 Nov 2014 - 18 H 45
    Photo du profil de Audoscope

    Bon, ça fait trop longtemps que j’attends la suite, @pucedepoesir !!! Je n’en peux pluuuuuuus !!! Vite le 6ème épisode ! Moi aussi je suis fan de ton écriture, si vivante…

     
  • Par Juls© 07 Nov 2014 - 16 H 12
    Photo du profil de Juls©

    Toujours autant de plaisir à te lire, tu sais captiver tes lecteurs dès la première phrase…
    Ai pitié de nous et délivre nous la suite !
    Et pssst…. tu devrais contacter un éditeur, parce que franchement, t’as la capacité de nous faire de supers livres…

     
  • Par pucedepoesir 07 Nov 2014 - 20 H 49
    Photo du profil de pucedepoesir

    Hey ! Merci @juls ! Ca fait plaisir de te voir encore par ici !
    La suite finira bien par tomber un jour… promis !
    Quant à contacter un éditeur… c’est gentil, mais suis trop timide… 😀 😀 😀

     
  • Par Juls© 10 Nov 2014 - 15 H 22
    Photo du profil de Juls©

    Quand je vois un bon texte à lire je m’arrête dire bonjour 😉
    Tu vas nous faire languir longtemps pour la suite alors ?
    Et si c’est un éditeur qui te contacte tu fais quoi ? Moi je dis faut dire aux Editions dans l’engrenage de passer par ici… (@celine-l @dans-l-engrenage)

     
  • Par pucedepoesir 10 Nov 2014 - 20 H 21
    Photo du profil de pucedepoesir

    La suite est en préparation @juls … demain peut-être… Entre deux paquets de copies…
    Mais pitié, chuuuuuut ! Laisse mes éditions préférées tranquilles, elles doivent déjà crouler sous les manuscrits en tous genres !!! Si un jour j’estime avoir quelque chose à leur proposer… (et qu’on me drogue malgré moi, réduisant à néant mes inhibitions les plus tenaces…) … peut-être… Et encore. 😛 😉 😀

     
  • Par Juls© 10 Nov 2014 - 20 H 35
    Photo du profil de Juls©

    @pucedepoesir patience patience alors. Et bon courage avec tes copies 😉

     
  • Par sossourires 13 Nov 2014 - 19 H 12
    Photo du profil de sossourires

    Nous sommes le 13 Novembre 2014, il est 20:11 et toujours pas de suite 🙁 🙁 🙁
    Désespérée …
    Mais qu’est ce que tu fais @pucedepoesir ?

     
  • Par pucedepoesir 13 Nov 2014 - 21 H 53
    Photo du profil de pucedepoesir

    Comme le soulève @Sossourires , je traîne pour la suite… Je n’y ai pas définitivement renoncé, non non non ! Mais il se trouve que le boulot de prof est traître… sur le papier, on ne fait QUE 18 heures. Dans la réalité, nous sommes confrontés aux corrections (qui pullulent en cette mi-trimestre), aux réunions parents-profs (dont c’est la période en ce moment), aux créations de cours (si si, on crée, on ne se contente pas de réutiliser sans cesse les mêmes…) et aux diverses démarches administratives et circulaires qui nous inondent d’informations plus ou moins inutiles mais incontournables… C’est un fait, il FAUT que je fasse passer ces futilités avant mes ambitions érotico-fictionnelles… et croyez-moi, je le regrette !
    A très vite donc… (et pour info, si vous avez peur de rater la suite, je vous rappelle/signale que vous pouvez recevoir une notification par mail pour le prochain article en cochant la seconde case ci-dessous ! 😉 😀 )

     
  • Par sossourires 14 Nov 2014 - 6 H 44
    Photo du profil de sossourires

    Case cochée 😀
    @pucedepoesir Tu ne serais tout de même pas en train d’essayer de nous faire croire que tu travailles …. et que tu ne fais pas de photocopies comme quasiment tous les profs de France et de Navarre 😀 😀 😀 😀 😀

     
  • Par mathilde35 16 Nov 2014 - 12 H 49
    Photo du profil de mathilde35

    Bon, je ne te mets pas la pression pour avoir la suite (même si je l’attends avec impatience ! 🙂 ). Le mois de novembre doit être difficile pour les profs (courage!)… En tout cas il l’est aussi pour les étudiants !^^ D’où vient cette idée selon laquelle Eve était lesbienne ?

     
  • Par pucedepoesir 17 Nov 2014 - 18 H 17
    Photo du profil de pucedepoesir

    M’enfin @mathilde35 … Eve a succombé au péché en mordant dans la pomme ! LA POMME !!! Un sein, quoi !!! Et Dieu que je la comprends !!! Donnez-moi des pommes…
    *ok, pardon je sors.
    Je crois effectivement que pour une suite en Novembre… ça va être compliqué… à moins que ce week-end…
    @Sossourires : comme tous les profs de France et de Navarre, je fais des photocopies… essentiellement de MON travail ! Pourquoi tu crois qu’on me fait la Ola quand j’arrive dans le couloir et qu’on me pleure quand je ne suis pas là ?! 😀

     
  • Par Caro 17 Nov 2014 - 20 H 03
    Photo du profil de Caro

    Inventons donc tes journées de 29 heures 😀 JE plaisante bien sûr, nous attendons pendu-e-s à tes lèvres, le souffle court, haletant de désir de te lire encore et encore 😀 😀 Bref vivement 😉

     
  • Par Juls© 19 Nov 2014 - 18 H 34
    Photo du profil de Juls©

    J’allais surenchérir en essayant d’imagine la taille de tes piles de copies pour que tu n’es même plus le temps de nous écrire une suite…. Patience encore et toujours, mais zut, lâche la bride sur tes élèves, pas de devoir ni de contrôle pendant une semaine, ça devrait te laisser le temps de souffler !

     
  • Par dFloz 24 Nov 2014 - 20 H 11

    Quand arrive la suite ?!!!

     
  • Par pucedepoesir 25 Nov 2014 - 17 H 12
    Photo du profil de pucedepoesir

    Je n’ai que 3 pauvres paragraphes à ce jour @dFloz … Encore un peu de patience et… Vous l’aurez un jour, vous l’aurez ! 😉 😀

     
    • Par dFloz 03 Déc 2014 - 14 H 09

      J’espère que le « un jour » est pour bientôt, c’est affreux je viens tous les jours pour voir si la suite est là :$! Tellement impatiente 🙂

       
  • Par pucedepoesir 04 Déc 2014 - 18 H 32
    Photo du profil de pucedepoesir

    @dFloz : Je suis désolée, il faudra attendre les vacances de Noël pour ça… La période est surchargée… Mais je me rattraperai. Promis ! 😉

     
    • Par dFloz 06 Déc 2014 - 0 H 27

      On attendra ! Les meilleures choses se font désirées, c’est tout à fait normal 😉 ! Bonne chance à toi en tant que prof, et éclate toi avec les copies ! Rendez-vous aux vacances de Noël alors !

      Cordialement

       
  • ajouteZ VOTRE réaction
    billets précédents
    Non classé | 3 h 32 | 5 COMMENTAIRES
    Non classé | 5 h 05 | 22 COMMENTAIRES
    Publicité